Entretien avec Janna Kreuter

Posted on avril 13, 2011 par

0


par Elena Tyushova.

Janna Kreuter, artiste peintre russe. Elle vit et travaille depuis 15 ans en Suède. Ses œuvres sont représentées dans des collections privées dans 10 pays différents, dont la France. Mais  pour le grand public français son nom est encore relativement inconnu. Je retrouve Janna chez elle, à Täby, une commune à côté de Stockholm.


« WHITE NÉO-GÉO » N1

Elena Tyushova : Janna, je voudrais présenter votre art pour le public français. Même si un tel projet est condamné d’être réductrice, j’aimerais donner une image de vous-même en tant qu’artiste peintre. Vous êtes née en Union Soviétique et vous vivez et travaillez en Suède depuis 1996. En tant que peintre, à quel point êtes-vous marquée par ces conditions politiques et linguistiques ? Ressentez-vous aujourd’hui une influence suédoise sur votre travail ?

Janna Kreuter : je suis Russe. C’est génétique, culturel… c’est le naturel. Je ne pense pas que le fait d’avoir déménagé me change en tant que peintre, je crois qu’il y a des influences plus importantes pour mon art. Mais en tant que citoyenne je deviens une partie de la société qui m’entoure. J’y vis, je communique et je continue à travailler…

Elena Tyushova : j’ai suivi votre travail pendant quelques années, spécialement le « Néo-géo », mais maintenant vous êtes en train de créer une nouvelle série  « White Symphony » (Symphonie blanche). Comment définissez-vous vos séries, et qu’est-ce que la « White Symphony » représente pour vous ?

Janna Kreuter : mon art abstrait a subi plusieurs transformations, mais on peut dire que tout prend sa naissance dans ma culture russe, ce qui est proche de ma nature en tant que peintre et individu. C’est l’art traditionnel russe, l’iconographie jusqu’à l’avant-garde russe et spécialement le suprématisme. Ensuite, j’ai également des œuvres dans un style plus décorative : en métal, avec des perles… c’est des collages glamoureux à la limite de super kitsch. Il y a de l’humour et de l’ironie, inspiré par l’art populaire et les créations de mode contemporaines.

Depuis 2006 je travaille dans le style de « Néo-géo ». La plupart d’œuvres ont été créees entre 2006 et 2009. Aujourd’hui je passe du conservative « Néo-géo », le suprématisme, vers un art spirituel. « White Symphony » est un art absolu où il ne reste que de la technique, ce qui mène à la disparation de la couleur. Cette série s’inspire de travail de Malevitch, de ma vision du monde, de ma philosophie. Le génie Kazimir Malevitch était le premier de décrire l’univers dans ces œuvres  « blanc sur blanc ».

Elena Tyushova : Vous avez dit Malevitch, c’est le peintre qui est le plus important pour vous ? Personnellement, je ressens la présence de Pavel Filonov dans votre choix des couleurs et dans la composition. Je pense spécialement à vos deux « Geometric movement » (Mouvement géométrique) et  « Childhood » (Enfance) dans la série abstraite.

« GEOMETRIC MOVEMENT » N1, acrylique sur toile 150X150 cm  « GEOMETRIC MOVEMENT » N2, acrylique sur toile 150X150 cm

Janna Kreuter : Merci, Filonov est un peintre que j’aime beaucoup, vous avez peut-être raison, qu’il ressort quelque chose de son style dans mon travail. Pour revenir à Malevitch, il était en avant de son temps. Il a détourné la notion de l’art. C’était un révolutionnaire. Mais comme des personnes nous sommes très différents. Ensuite il y a bien sûr Tatline, Matushine, Klimt, Hundervasser, Klee … Par contre Dali, ne m’a jamais touchée, Picasso est proche pour moi, car il a compris qu’il faut peindre non comme on voit les choses, mais comme on les pense. Il a mis ensemble des idées et des influences et créait une synthèse.

« CHILDHOOD », huile sur toile 37×45

Elena Tyushova : et pour vous, qu’est ce que l’art ?

Janna Kreuter : Je suis convaincue qu’être peintre, artiste tout court, c’est un travail éthique et intellectuel. Mais aussi un travail professionnel physique et dur. C’est un travail d’une grande responsabilité, il faut être clair pourquoi, comment et qu’est-ce qu’on crée. Puis il y a toujours des jours quand on ne veut rien faire et là il s’agit de la discipline et du caractère.

Elena Tyushova : et l’inspiration ?

Janna Kreuter : bien sûr qu’elle existe, des voyages, des  influences différents, un besoin inconscient de travailler 12 heures enfilés et tout d’un coup comprendre que je suis fatiguée, mais que je ne peux pas m’arrêter.

Elena Tyushova : comment se sont produites vos séries?

Janna Kreuter : je dirais qu’il s’agit de deux éléments… chaque peintre vit des périodes, le temps quand il est touché par une idée, quelque chose en quoi il ou elle croit. L’être humain n’est peut pas s’immobiliser. S’il le fait, il meurt. Après on ressent qu’on a exprimé ce qu’on voulait dire et une nouvelle croyance naît, une nouvelle idée qu’il faut absolument explorer.

Le deuxième élément est qu’on ne peut pas tout exprimer dans une œuvre. Une série c’est une idée chez un peintre exprimé par une certaine technique. Après, je suis convaincue, qu’un vrai peintre ne peut travailler que dans un style, s’il le fait, si son but est d’être reconnu, c’est du pur commerce…. Quand une série est en train de prendre forme, il s’agit d’un double procédé : à la fois artistique et intellectuel. La théorie est différente de la pratique, on le sait, mais les deux sont nécessaires, elles vont ensemble dans la procédure de la création.

Elena Tyushova : vous parlez de commerce. Est-ce que le contraire serait une libre recherche artistique, une sorte d’expression artistique indépendante, une sorte d’utopie pour chaque peintre ?

Janna Kreuter : ce n’est pas une utopie, c’est du travail et du caractère et je suis contente si j’arrive  de le faire.

Elena Tyushova : j’aimerais conclure notre interview avec quelques questions sur votre prochaine exposition qui aura lieu en avril à Moscou.

Janna Kreuter : oui, le 4 avril dans la salle d’exposition de Gazprom. C’est une exposition organisée par Gazprom. Elle va montrer des artistes de toutes les régions de la Russie. Avec un autre peintre je représente la région de Vologda .

Elena Tyushova : qu’est ce que vous exposerez ?

Janna Kreuter : ils me demandent  tout mon travail : « abstract », « Néo-géo », « Figurative » et « White Symphony ». Les techniques sont différentes mais je vais les unir avec  un concept.

Elena Tyushova : vous savez déjà lequel ?

Janna Kreuter : … Cela peut être « White symphony »… ou «  Saint Graal », je n’ai pas encore décidé…

Elena Tyushova : et combien d’œuvres seront exposées ?

Janna Kreuter : cela n’est pas décidé non plus, mais environ 100 lithographies et 20 peintures qui seront accrochées.

Elena Tyushova : Merci beaucoup Janna ! J’espère de vous voir prochainement exposer à Paris !

Janna m’accompagne jusqu’à la porte, son sourire est imprégné dans mon mémoire quand je prends l’autoroute pour Stockholm.

Les expositions :

1993 Pori Jazz Festival, Bjorneborg, Finlande

1993 Viertola Gallerie, Bjorneborg, Finlande

1994 Iso Karhu Centrum, Bjorneborg, Finlande

1995 Pori Jazz Festivale, Bjorneborg, Finlande

1996- les expositions dans son studio

2002 in Gamla stan, Stockholm, Suède

2003 Markin Art Unlimited Studio & Gallery, Stockholm, Suède

2004 Alvsjo Art Fair, Stockholm, Suède

2005 Orbi Interactive AB, Stockholm, Suède

2006 Gallery B:fors, Stockholm, Suède

2007 Markin Art Unlimited Studio & Gallery, Stockholm, Suède

2008 Sollentuna Expo, Art Fair, Stockholm, Suède

2009 Gallery B: fors, Stockholm, Suède

2009 Kista Expo, Art Fair, Stockholm, Suède

2009 Markin Art Unlimited Studio & Gallery, Stockholm, Suède

2010 Gallery B: fors, Stockholm, Suède

2010 F&M salon and gallery Stockholm, Suède

2010 Performance au théâtre Dramalabbet. Exposition à Wetterling gallerie

2010 Kista Expo, Art Fair, Stockholm, Suède

2010 Autumn FO-KO Art Expo, Stockholm, Suède

Vous trouverez plus d’information sur Janna Kreuter et pouvez visionner ses œuvres sur le site http://www.jannakreuter.com

“WHITE SYMPHONY” huile sur toile, 120X90CM les peintures de janna

Publicités
Posted in: entretiens