DAVIS HOCKNEY « Fleurs fraîches »

Posted on janvier 21, 2011 par

0


"Fleurs Fraiches "

Par Melanie Benaiges.

Au premier coup d’oeil jeté sur le flyer, on aurait pu croire qu’une boutique d’iPad et iPhone avait ouvert ses portes au sein de la Fondation Pierre Bergé – Yves Saint Laurent. Ce qui aurait démontré une fois de plus que la branche commerciale envahit peu à peu tout nos espaces y compris ceux dédiés à l’art contemporain. Mais rassurez-vous il n’en est rien.

La Fondation Pierre Bergé – Yves Saint Laurent a véritablement visée fort cette fois-ci, en présentant une exposition de dessins de l’artiste anglais David Hockney crées et présentés sur iPad et iPhone . Étant quasiment tous devenus des accros au téléphone portable et autres gadgets numériques, on se prend donc rapidement au jeu de la mise en scène du lieu d’exposition.

La scénographie est surprenante puisqu’elle reprend l’idée des concepts stores branchés parisiens. Rangés de façon ordonnée sur leurs petites étagères de bois beigeune, série d’IPhone trône sur le côté droit de la pièce . On pourrait même croire que ce sont des produits mis en vente par la Fondation. Chaque appareil reprend un dessin de l’artiste. Les iPhone donnent une certaine coloration et luminosité numérique aux dessins. Juste à côté d’eux se trouve projetée sur le mur, une vidéo démonstrative dans laquelle David Hockney nous montre la façon dont il a procédé pour créer ses « tableaux-numériques ». La vidéo est muette mais tournée comme une sorte de publicité mettant en scène de façon assez plaisante les nouveaux gadgets d‘Apple, on y surprend même l’artiste nous jeter des regards complices.

Une question est alors suggérée : Faites-vous partie de cette « Communauté iPad » qui réunit ainsi une génération, tous utilisateurs et friands de ces nouvelles technologies ? Sur l’autre mur une déclinaison de vingt tableaux iPad est présentée. On y observe l’évolution trait par trait des dessins grâce à la nouvelle fonctionnalité de l’iPad qui refait le dessin à rebours. Enfin, face à eux, un immense canapé beige en bois nous installe véritablement et de façon très ironique dans un espace de démonstration d’une boutique.

La seconde salle nous réserve aussi des surprises. En effet, une fois entré, on se retrouve face à un second canapé surdimensionné en bois beige. Le public s’y installe comme s’il était dans son salon entouré d’amis et on assiste ensemble à une projection numérique des dessins de l’artiste installée en triptyque sur un grand écran flottant. Ses images sont regroupées selon divers thèmes : paysages, portraits, natures mortes et les fameuses « fleurs fraîches » d’où le nom de l’exposition. En lisant la brochure, on comprend que lors de la réalisation de ses dessins dans sa chambre d’hôtel l’artiste, recevait quotidiennement des « fleurs fraiches ». Ce qui lui permettait d’avoir de nouveaux sujets et qu’il s’est même engagé tout au long de cette exposition à continuer d’envoyer ses dessins de ces fameuses fleurs fraiches à la Fondation. On remarque que l’espace luxueux de la Fondation Pierre Bergé-Yves Saint Laurent pourrait rappeler l’hôtel dans lequel ses dessins ont pu êtres réalisés.

L’exposition « Fleurs fraîches » a su par sa scénographie et la présentation de ces supports numériques plutôt audacieuse et attractive mettre à l’aise le public malgré le fait que l’exposition soit petite et qu’on en fait assez vite le tour. Toutefois, on regrettera l’absence d’un espace dédié à l’interactivité où le public aurait pu lui aussi tester ses talents artistiques en version numérique. L’artiste a su réutiliser un produit commercial qui devient peu à peu banal pour en faire un objet d’art et lui donner une nouvelle fonctionnalité. Même si cette exposition ressemble parfois trop à un espace de démonstration de boutique d’Apple , elle est dans l’ensemble assez drôle. Elle s’ouvre peut-être à un public plus large qui n’aurait pas en temps normal mis les pieds à la Fondation Pierre Bergé – Yves Saint Laurent.

« Fleurs fraîches »

Du 20 octobre 2010 au 30 janvier 2011 à la Fondation Pierre Bergé – Yves Saint Laurent

Publicités